Votre patron est une épingle dans votre pied…

Conflit avec son patron

Beaucoup d’entre nous ont, à un moment de leur carrière professionnelle, connu des difficultés relationnelles avec leur patron. Cette situation peut créer une grande frustration, générer beaucoup de stress et avoir un impact sur notre performance et sur celle de l’équipe.

Les mécanismes du conflit

Quelles que soient les origines de ces difficultés, une chose est certaine, ce n’est pas une situation facile à gérer. Dans ce cas, le cerveau émotionnel de notre responsable et le nôtre ont de la peine à échanger des ondes positives. Penser que le problème vient de l’autre est une réaction assez habituelle et qui malheureusement ne nous amènera nulle part.

Revenons quelques instants sur le fonctionnement de notre cerveau. L’amygdale, qui doit son nom à sa forme qui rappelle celle d’une amande, est un noyau pair situé dans la région antéro-interne du lobe temporal. Son rôle est en fait assez simple. L’amygdale court-circuite toutes les fonctions du cerveau pour nous informer de dangers perçus. Elle induit trois comportements possibles : fuir, se battre ou se figer.

Lorsque vous êtes en situation de stress, par exemple dans une interaction conflictuelle avec votre patron, votre cerveau émotionnel vous donne le choix entre la fuite, la lutte ou l’absence de réaction. Si vous être en mesure de contrôler vos émotions, votre cerveau pensant va certainement vous proposer des tactiques ou une attitude qui pourraient aider à faire progresser la situation conflictuelle. Si en même temps, le cerveau pensant de votre responsable fait aussi son travail, les chances de résoudre le problème sont bien réelles.

Malheureusement, très souvent, lorsque vous ou votre responsable, n’activez pas votre cerveau pensant, l’émotionnel reprend le dessus. Cela arrive aussi lorsque vous l’activez et que les tentatives d’échange et de communication constructive sont vaines. La tendance est alors à blâmer l’autre et, à critiquer son manque de volonté à trouver une solution.

Ce genre de situation peut aussi se présenter dans un couple, dans une famille, avec des collègues, des fournisseurs ou des clients.

Le combat des émotions

Revenons sur cette situation de conflit entre votre patron et vous.

Imaginons que la raison ne soit pas de mise et que vos cerveaux émotionnels s’affrontent. Quelques scénarios sont envisageables comme par exemple :

  • Votre cerveau émotionnel veut lutter et celui de votre responsable également. Très vite nous aurons une confrontation de 2 egos qui veulent chacun montrer à l’autre qui est le plus fort ou qui a raison.
  • Votre cerveau émotionnel veut lutter alors que celui de votre responsable cherche la fuite. Votre frustration va se renforcer, vous ne comprenez pas pourquoi votre responsable ne veut pas vous affronter, discuter ou échanger.
  • On peut aussi envisager que votre patron veuille lutter alors que vous, paralysé(e) par la peur de perdre votre emploi, n’arriviez simplement pas à réagir.

On peut imaginer beaucoup d’autres scénarios influencés par le cerveau émotionnel qui ne donneront pas de résultat constructif et satisfaisant pour les deux parties.

Changez-vous, pas votre patron

Tant que nous restons convaincus que le problème c’est l’autre, trouver une solution sera extrêmement difficile. La certitude que le problème vient de l’autre est en fait très confortable. Elle nous permet de ne pas nous remettre en question.

Vouloir que l’autre change est une mission très ambitieuse sur laquelle vous n’avez que très peu d’impact.

Se changer soi-même est également ambitieux, mais là au moins, vous être en contrôle total.

Les typologies de personnes

Le profil DISC décrit des typologies comportementales et les priorités qui influencent fortement sur le comportement. Vous avez votre propre typologie et votre patron a la sienne. Suivant la typologie de votre responsable, certaines approches donneront des résultats bien meilleurs que d’autres.

Si par exemple votre responsable est un D, sachez que l’atteinte du résultat est primordiale. Vous pourrez par exemple lui faire comprendre que la situation actuelle met en danger l’atteinte du résultat. Rappelez-vous que l’écoute n’est pas son point fort et que les longs discours sont une perte de temps. Ainsi, expliquez qu'un peu d’écoute donnerait de l’énergie à l’équipe et que le temps passé à cette écoute serait largement compensé par de la performance d’un team motivé et engagé pour l’atteinte du résultat.

Si votre responsable est un I, l’enthousiasme est très important, la discussion informelle compte et la prise de risque est une option. Il serait bon de se montrer optimiste, d’être prêt à sortir des sentiers battus. Pensez aussi à cultiver l’aspect plus personnel et à complimenter.

Avec un S, vous savez que la stabilité, le support et l’harmonie sont d’une grande importance. Évitez donc de brusquer et de proposer des changements radicaux, mettez l’accent sur les gens et sur la collaboration entre les personnes.

Et pour terminer si votre patron est de type C, la focalisation est sur la tâche à accomplir. Vous avez en face de vous quelqu’un de sceptique, de critique, et qui veut tout comprendre dans les moindres détails. Rassurez cette personne en répondant diligemment à toutes les questions posées. Expliquez votre raisonnement et donnez un maximum de détails.

Connaître votre propre type DISC et être capable de reconnaître celui de votre responsable vous sera très utile pour trouver une solution au problème.

L’intelligence émotionnelle

L’intelligence émotionnelle (EI) caractérise votre capacité à être conscient de vos émotions (conscience de soi) et celle d’être conscient des émotions des autres (conscience sociale).

Plus votre niveau d’EI est développé, plus grandes seront vos chances de comprendre et contrôler votre état émotionnel et de comprendre et d’influencer l’état émotionnel de l’autre.

Il est possible de mesurer votre intelligence émotionnelle et plus encore, de la développer et de l’améliorer.

Régler les conflits avec son patron

Pour avancer et afin de sortir de cette situation conflictuelle avec votre responsable, il serait bon :

  1. D’accepter qu’il soit plus facile de vous changer vous-même que d’espérer que les autres changent
  2. D’accepter que vouloir changer votre patron est simplement trop ambitieux

Si vous êtes équipé pour comprendre le profil DISC de votre responsable ; comprenez ses priorités, ses motivations et ses peurs. Mettez-les ensuite en rapport avec les vôtres.

Il s’agira maintenant d’appliquer ce que l’IE vous a appris dans la conscience et la gestion de soi pour éviter que votre amygdale ne prenne les décisions à votre place. II faudra ensuite appliquer la conscience sociale pour gérer votre relation avec votre responsable. Vous y parviendrez en comprenant mieux son attitude et en vous appliquant à l’influencer.

C’est à ce prix que vous mettrez plus de chances de votre côté pour faire évoluer positivement la situation.

Si vous y arrivez par vous-même, félicitations !

Si par contre vous souhaitez accéder à des outils pour vous-même ou pour votre équipe, contactez-nous.

Publication originale le 2021-10-07, dernière mise à jour le 2021-10-07, par Dimitri Marko.

Commentaires

Merci il y a 1 semaine par Patrick
Merci pour cet éclairage sur une manière de mieux gérer nos émotions!


Ajouter un commentaire

Qui sommes-nous?

Nous sommes au service de l’amélioration du relationnel entre les personnes grâce à une compréhension de soi et aussi une grâce à une attention plus particulière à l’autre.

Nous travaillons comme consultants pour des entreprises et des organisations et nous formons également des formateurs qui souhaitent utiliser ces outils dans leur contexte particulier.