Développer son intelligence émotionnelle

Développer son intelligence émotionnelle

Développer son intelligence émotionnelle (IE), c'est augmenter la conscience que nous avons de nos propres émotions. Celles-ci ont un impact non seulement sur notre existence, mais aussi sur la façon dont nous sommes perçus.

Au cœur de l’intelligence émotionnelle se trouve la conscience de soi. Il s'agit de la capacité à percevoir nos propres émotions et l'effet qu'elles ont sur nos paroles, notre comportement et nos décisions. Plus nous sommes conscients de nous-mêmes, plus nous avons le choix quant à la façon dont nous répondons aux stimuli. Nous maîtrisons mieux aussi la façon dont nous nous gérons, en particulier dans les situations chargées d'émotion.

Daniel Goleman, le père de l'intelligence émotionnelle, appelle gestion de soi la capacité à utiliser une meilleure connaissance de soi pour se maîtriser, gérer son stress et être résilient. 

L’autre dimension clé de l’IE est la conscience des autres. Il s’agit de l’empathie, de la capacité à percevoir les émotions des autres et l'effet qu'elles ont sur leur comportement. La conscience de l’autre nous permet de comprendre ce qui motive les paroles et décisions de l’autre. Elle permet donc de collaborer plus efficacement.

Daniel Goleman a appelé cette capacité à utiliser notre conscience des autres la gestion des relations. Il s'agit donc de la capacité à adapter notre comportement en fonction de l'état émotionnel de ceux avec qui nous interagissons.

Est-il possible de développer son intelligence émotionnelle?

L'élément clé à retenir à propos de l'IE est qu'elle nous donne le choix de la manière dont nous réagissons aux situations difficiles. En développant notre intelligence émotionnelle, nous apprenons à choisir la manière dont nous réagissons. Nous arrêtons donc d'être uniquement guidés par la réaction automatique de lutte, fuite ou gel.

La bonne nouvelle : il est possible d’apprendre et de travailler à augmenter notre intelligence émotionnelle.

L'erreur que l'on commet souvent lorsqu'on essaie de comprendre pourquoi les gens font des choses irrationnelles est de croire que les humains sont des créatures logiques. Les neurosciences montrent que la réalité est différente. Les humains sont des créatures à qui il arrive de penser. On estime que notre cerveau émotionnel, notre système limbique, a évolué il y a plus de 400 millions d'années et que son fonctionnement en est encore très proche aujourd'hui.

En revanche, notre cerveau pensant, le néocortex, n'est apparu sous une forme très primitive qu'il y a environ 200 millions d'années. Il a d'ailleurs commencé à ressembler à notre cerveau moderne il y a seulement 2 ou 3 millions d'années.

Ainsi, nos émotions ont une longueur d'avance sur nos capacités logiques. Elles ont eu du temps pour façonner nos réponses à notre environnement et à ses défis. Nos émotions sont toujours une force dominante dans tout ce que nous faisons.

Le cerveau émotionnel est conçu pour nous protéger du danger. Il suscite la réaction de lutte, fuite ou gel. À l'époque préhistorique, il fournissait des réponses quasi instantanées aux menaces posées par les super-prédateurs, permettant aux humains de fuir rapidement une menace avant même d'avoir conscience de son existence.

Le cerveau émotionnel et le cerveau pensant

Aujourd'hui, dans notre cerveau, chaque stimulus, d'où qu'il provienne, est d'abord filtré par le cerveau émotionnel. De manière simpliste, nous pouvons penser que le cerveau émotionnel identifie tous les stimuli comme des situations de menace ou de récompense. Nous sommes programmés pour nous éloigner rapidement des menaces et nous diriger vers les récompenses et le plaisir.

Une fois que le cerveau émotionnel a fait son travail, le cerveau pensant peut voir les détails des stimuli transmis. Chaque pensée est influencée par nos émotions. Nos émotions donnent de la valence ou du poids à nos pensées. Les émotions nous aident à prendre des décisions, à faire des choix. Les émotions nous aident à décider si nous aimons ou non certaines personnes. Elles décident si une expérience est bonne, mauvaise ou neutre. Chaque décision que nous prenons est une décision émotionnelle, qui est ensuite revue et très souvent justifiée par le cerveau pensant.

Le cerveau émotionnel a toujours le premier mot… et bien souvent aussi le dernier.

En résumé

Développer son intelligence émotionnelle, c'est améliorer les capacités que nous avons à:

reconnaître nos propres émotions et celles des autres

discerner les différents sentiments et les étiqueter de manière appropriée

utiliser des informations émotionnelles pour guider notre pensée et notre comportement

gérer nos émotions pour nous adapter afin de mieux encore atteindre nos objectifs.

L'intelligence émotionnelle, un peu d’histoire

Années 1930 - Edward Thorndike décrit le concept d'intelligence sociale comme la capacité à s'entendre avec les autres.

Années 1940 - David Wechsler suggère que les composantes affectives de l'intelligence émotionnelle peuvent être essentielles pour réussir dans la vie.

Années 1950 - Des psychologues humanistes comme Abraham Maslow décrivent comment les gens peuvent développer leur force émotionnelle.

1975 - Howard Gardner publie The Shattered Mind, et introduit le concept d'intelligences multiples.

1985 - Wayne Payne introduit le terme d'intelligence émotionnelle dans sa thèse de doctorat intitulée A study of emotion.

1987 - Dans un article publié dans Mensa Magazine, Keith Beasley utilise le terme Quotient Émotionnel. Il a été suggéré que c'est la première utilisation publiée de ce terme.

1990 - Les psychologues Peter Salovey et John Mayer publient leur article de référence, Emotional Intelligence, dans la revue Imagination, Cognition, and Personality.

1995 - Le concept d'intelligence émotionnelle est popularisé après la publication du livre de Daniel Goleman, psychologue et écrivain scientifique du New York Times, intitulé L'intelligence émotionnelle : pourquoi elle peut être plus importante que le QI.

Daniel Goleman, père de l’intelligence émotionnelle

Dans les années 1990, Daniel Goleman a pris connaissance des travaux de Salovey et Mayer, ce qui a finalement abouti à son livre, Emotional Intelligence.

Goleman était rédacteur scientifique pour le New York Times, spécialisé dans la recherche sur le cerveau et le comportement. Il a suivi une formation de psychologue à Harvard, où il a travaillé avec David McClelland, entre autres.

McClelland faisait partie d'un groupe de chercheurs qui s'inquiétaient du peu de choses que les tests traditionnels d'intelligence cognitive nous apprennent sur ce qu'il faut pour réussir dans la vie.

Selon Daniel Goleman, ce n'est pas l'intelligence cognitive qui garantit le succès, mais l'intelligence émotionnelle. Il décrit les personnes émotionnellement intelligentes comme celles qui possèdent les quatre caractéristiques suivantes :

1. Capacité de comprendre leurs propres émotions (conscience de soi)

2. Capacité à gérer leurs émotions (autogestion)

3. Empathie aux pulsions émotionnelles des autres personnes (conscience sociale)

4. Capacité à gérer les émotions des autres (compétences sociales)

L'intelligence émotionnelle et le DISC combinés

Le DISC est un modèle utile pour comprendre comment nous réagissons généralement au monde qui nous entoure en l'absence de tout comportement appris comme l'intelligence émotionnelle. À bien des égards, un profil DISC est plus efficace pour prédire comment nous nous comporterons le jour le plus difficile, celui où le stress émotionnel nous a mis sous pression. Les psychologues aiment dire que les personnes sous pression retournent à leur type réflex, à leur type de base.

Cependant, lorsque nous faisons entrer l'intelligence émotionnelle en jeu, les choses peuvent changer énormément. L'IE va nous permettre de faire des choix sur la manière dont nous voulons réagir dans une situation donnée. Elle nous offre la possibilité de réagir de manière plus réfléchie afin d'obtenir de meilleurs résultats.

Ainsi, lorsque vous examinez votre style DISC, vous devez également prendre en compte le niveau de votre IE. Plus votre IE est élevée, plus il est probable que vous affichiez une version plus mature, plus sage et plus nuancée du comportement prévu par votre style DISC.

Les recherches montrent que développer son intelligence émotionnelle est considérablement accéléré en développant les compétences de conscience de soi et de conscience des autres. Son développement se produit aussi au fur et à mesure que nous devenons plus matures.

Plus de 25 ans de recherches solides montrent que l'IE affecte la qualité de notre vie car elle influence notre comportement et nos relations. Les personnes ayant une IE développée communiquent plus efficacement, sont moins anxieuses et moins stressées. Elles désamorcent aussi plus efficacement les conflits, ont de meilleures relations personnelles et professionnelles. Finalement, elles sont perçues comme présentes, emphatiques et dignes de confiance, et font face plus efficacement aux défis de notre monde effréné.

Vous aussi pouvez développer votre intelligence émotionnelle et encore mieux atteindre vos objectifs.

Publication originale le 2021-05-04, dernière mise à jour le 2021-08-30, par Andy Marko.

Commentaires

DISC et EI il y a 5 mois par Céline N.
Cela me semble très innovant de combiner l’intelligence émotionnelle avec le DISC. Pourriez-vous me contacter pour en parler? CN

Merci Céline il y a 5 mois par Dimitri
Merci pour votre commentaire, je vous ai envoyé un email! Au plaisir de discuter bientôt.

DISC il y a 5 mois par Fred
Vous connaissez ce modèle qui ressemble au DISC et qui s'appelle Insights?


Ajouter un commentaire

Qui sommes-nous?

Nous sommes au service de l’amélioration du relationnel entre les personnes grâce à une compréhension de soi et aussi une grâce à une attention plus particulière à l’autre.

Nous travaillons comme consultants pour des entreprises et des organisations et nous formons également des formateurs qui souhaitent utiliser ces outils dans leur contexte particulier.